Controle technique automobile : ce qui change en 2019

contrôle technique 2019Depuis le mois de mai 2018, les automobilistes français sont soumis à une nouvelle réforme européenne concernant le controle technique 2018 de l’automobile. Cette directive vise à renforcer la prévention et à améliorer la sécurité routière en intégrant une visite technique de plus haut niveau. Les changements touchent surtout les points de contrôle et les sanctions suite à une défaillance critique.

Après ce premier durcissement de la législation qui concerne tous les véhicules, de nouvelles lois sont encore apparues. Elles seront applicables à partir du 1er janvier 2019. Le respect de normes antipollution devrait être renforcé lors d’une visite technique. Cette fois-ci, le règlement se penche notamment sur les véhicules roulant au diesel. Ces modèles de voitures représentent 60 % des automobiles en France et sont reconnus comme étant plus polluants que les alternatives écologiques ou les voitures à essence. Dans ce sens, l’entrée en vigueur de ces modifications rendra le contrôle de véhicules encore plus sévère. Détail sur les changements prévus pour 2019 !

Une visite technique des véhicules : c’est quoi ?

Ceci est un examen périodique pratiqué sur tous les véhicules de moins de 3,5 tonnes. Depuis 1992, ce contrôle de voiture est devenu obligatoire en France.

Concernant la réglementation européenne, le controle technique de voiture a été introduit en 1976. Quelques directives ont déterminé ses conditions d’organisation pour parvenir en 2014 à une version réalisable en mai 2018. Cette nouvelle directive N° 2014/45/UE a pour but d’harmoniser les contrôles au sein de tous les pays membres de l’Union européenne.

Au sein du territoire français, 6 % des accidents sont provoqués par des défaillances techniques. Alors, entre 2010 et 2020, les contrôles périodiques doivent contribuer à la réduction du nombre de décès routiers. Ils devront assurer une concurrence loyale au niveau du secteur du transport. Mais aussi, ils doivent veiller à la préservation de l’environnement en maîtrisant le taux d’émission de CO2 des voitures. Ce dernier point suscite l’attention des automobilistes français dans la nouvelle directive concernant le controle technique 2019.

Rappel sur le controle technique 2018

En 2011, la Communauté européenne avait pour but de diminuer de 50 % le taux de mortalité sur les routes de ses pays par rapport à l’année précédente. Cet objectif se base sur l’uniformisation de la technique de contrôle au niveau européen. Tous les pays membres devront appliquer les mêmes réglementations. Par conséquent, le nombre de points à contrôler augmente et surtout, des sanctions sont à soumettre pour plus de défaillances.

À compter du 20 mai 2018, il existe d’autres points de défaillance supplémentaires considérés comme points majeurs. Ces anomalies majeures sont celles qui devront être réparées dans les deux mois. Ces types de défaillance concernent, par exemple, les plaquettes de frein, les pneus usés, etc.

La nouvelle réforme 2018 aboutit à un autre grand changement, qui est la création d’un autre type de défaillance appelé les défaillances critiques. Celles-ci doivent être réparées dans un délai de 24 heures, sinon la voiture risquera d’être immobilisée. Une vignette sera posée sur le pare-brise de la voiture. Si le propriétaire décide de faire rouler celle-ci sans avoir réalisé des réparations, il est soumis à une amende forfaitaire de 135 euros. Il est également important de signaler que ces défaillances critiques ne permettent plus au propriétaire de faire rouler sa voiture à partir de minuit.

En somme, les nouvelles directives concernant le controle technique 2018 favorisent la sécurité de tous les citoyens. Leurs principaux objectifs sont :

  • augmenter le nombre de points de contrôle,
  • augmenter le nombre de défaillances,
  • baisser le nombre de fonctions à contrôler.

Les objectifs visés par le changement en 2019

À compter du 1er janvier 2019, de nouvelles directives concernant la visite technique de voiture devraient s’appliquer sur tout le territoire français. Ces règles ont pour objectif de réduire l’opacité des fumées des gazoles et divers polluants qui découlent des moteurs diesel. Les émissions de CO2 des voitures diesel doivent être spécialement surveillées. Le but principal de cette réforme est de faire sortir les voitures les plus polluantes du parc automobile.

Afin de sensibiliser tous les citoyens sur ces mesures, un moratoire de 6 mois sur la mise en vigueur de cette réforme a été annoncé par le Premier ministre français Édouard Philippe, le mardi 4 décembre.

Les véhicules concernés par la nouvelle réglementation

À partir de janvier 2019, l’examen de contrôle automobile durcit. Ces règles s’appliquent uniquement à toutes les voitures ayant un moteur diesel qui respectent les normes européennes en matière d’émission de CO2. Les plus concernées seront donc les voitures diesel homologuées depuis le 1er janvier 2005, comme le modèle Euro 3, 4, 5 et 6. Par conséquent, les nouveaux modèles de véhicules sont les plus touchés par la réforme 2019. Ils représentent 60 % du parc roulant. Selon les professionnels de l’automobile, à cause de cette loi, certains moteurs diesel auraient pu être éliminés.

Déroulement du controle technique 2019

Pour tester les émissions de fumées de la voiture, les contrôleurs utiliseront des opacimètres plus fins. Ces appareils plus sensibles pourront mesurer les particules sortant du pot d’échappement du véhicule. Ils détecteront les voitures les plus polluantes et connaîtront facilement les propriétaires qui auront l’intention de tricher en retirant les filtres à particules de leur véhicule. Pour ce faire, les contrôleurs techniques doivent appuyer plus fort sur l’accélérateur.

Par ailleurs, des équipements performants seront à la portée des contrôleurs afin de mieux mesurer les émissions de gaz tels que l’hydrocarbure imbrûlé, l’oxygène, le CO2, etc. Les codes-défauts qui relèvent les défaillances seront transmis au propriétaire pour qu’il puisse examiner sa voiture chez un garagiste qualifié et bien équipé.

Avec des équipements de haut niveau, la pollution due au moteur diesel serait mieux repérée. En conséquence, une grande proportion, soit 14 % de modèle Euro 5, pourrait être passible à une contre-visite. Pour un résultat optimal, les nouveaux équipements doivent se focaliser sur des données informatiques, pour mieux comparer les émissions.

En somme, les modalités d’examen de contrôle vont être plus exigeantes et le seuil d’émission ne devra pas dépasser la valeur prescrite par le constructeur au moment de l’homologation. Ces nouvelles réformes ne devraient pas être prises comme motif pour changer le prix et la durée d’une visite technique de véhicule.

Les nouvelles contraintes

Les nouveaux contrôles antipollution feront la souffrance des propriétaires de diesel tricheurs qui ont retiré les filtres à particules. Ils vont également faire mal à toute personne disposant d’un modèle 2007 roulant uniquement en ville. En effet, les voitures pas assez entretenues et celles qui ne respectent pas les normes ne peuvent plus circuler. Le futur controle technique 2019 de voiture sera plus sévère pour les nouveaux modèles.

Selon l’estimation du magazine automobile l’Argus, cette nouvelle directive pourrait pousser plus de 15 % des propriétaires de voitures à moteur diesel à passer leur véhicule en contre-visite. Pour avoir le feu vert pour librement circuler, il faudra effectuer toutes les réparations requises.

Que faire d’une voiture qui ne passe pas le contrôle en 2019 ?

Le controle technique de voiture est une obligation pour tous les automobilistes. En cas de non-respect de ces règlements, le propriétaire est soumis à une amende forfaitaire allant jusqu’à plus de 135 euros. En cas de retard de paiement, cette somme peut grimper jusqu’à 750 euros.

Si un véhicule est contrôlé par la gendarmerie ou la police en raison d’une infraction, le propriétaire doit s’attendre à une décision d’immobilisation. Ensuite, la carte grise sera retenue. Une fiche de circulation est remise au propriétaire pour lui permettre de réaliser la visite technique. Ce document est valable 7 jours. Pour récupérer sa carte grise, le propriétaire doit présenter le procès-verbal de la visite technique qui mentionne un résultat satisfaisant à la gendarmerie ou au commissariat.

Quand faire un contrôle antipollution ?

Le contrôle antipollution doit être réalisé avant le quatrième anniversaire du véhicule. Les contrôles suivants se feront tous les 2 ans. Le propriétaire ne reçoit aucune convocation, le contrôle sera à sa propre initiative. La date limite du contrôle se trouve sur la vignette de la visite technique apposée sur le véhicule.

Pour les véhicules utilitaires légers comme les fourgonnettes, les voitures de société, etc. ayant plus de 4 ans, un contrôle pollution complémentaire est obligatoire. Il s’effectuera entre deux visites techniques, c'est-à-dire à partir du 11e mois qui suit chaque visite périodique. La date limite de ce contrôle pollution complémentaire se trouve sur la vignette de contrôle technique et sur le procès-verbal de la visite technique.

Les centres de contrôle technique agréés

Depuis l’année 2003, l’État a confié la réalisation d’une visite technique automobile à des organismes privés. Les contrôles techniques sont à effectuer auprès des centres ayant un agrément préfectoral. Avant d’obtenir un agrément, les matériels, la qualification et l’organisation du centre doivent obéir à un cahier des charges. Les contrôleurs techniques ainsi que leurs centres font l’objet d’une surveillance très stricte des réseaux de contrôle tels que : Sécuritest, Dekra, Autovision, Auto-Sécurité, Autosur.

En France, il existe 6000 centres de visite technique agréés. Ces derniers ne peuvent exercer aucune autre activité dans le commerce automobile ou dans la réparation, que ce soit en qualité de salarié ou à titre indépendant. Cette décision est mentionnée dans les articles L323-1 et R323-17 du Code de la route. Les centres techniques ne peuvent faire aucune remise en état ou réglage. Ils ne pourront non plus recommander aucun garagiste.

Les tarifs du contrôle automobile

En France, le coût du contrôle est libre. Il est variable d’un centre à l’autre et sera entièrement aux frais du propriétaire. Une visite technique coûtera aux alentours de 80 euros. Les nouvelles directives ne devraient pas allonger les prix et la durée du contrôle. Avant l’entrée en vigueur de la réforme, les automobilistes français peuvent effectuer les contrôles techniques de leur véhicule.

Actuellement, les contre-visites concernant les émissions de particules fines touchent 1 % des véhicules diesel. Ce chiffre pourrait augmenter jusqu’à 7 % dans les mois suivants.

Bien préparer un véhicule pour passer un contrôle antipollution

  • Un réglage antipollution

Un moteur mal entretenu consomme beaucoup et devient très polluant. Le réglage antipollution d’un véhicule n’est pas coûteux. Cette prestation permet de passer une visite technique ou une contre-visite sans aucun souci. Selon le type de moteur (diesel ou essence), il suffit de régler la carburation, l’allumage ou la pompe d’injection.

Si le véhicule est catalysé, le système se règle automatiquement. La vérification de la vidange, des bougies et du filtre à air suffira à résoudre le problème de pollution.

  • La vérification du système d’échappement

La révision du pot catalytique du véhicule est primordiale. Il faudra procéder à une opération de décrassage de moteur en roulant sur une autoroute tout en évitant les parcours à froid. Le système d’échappement joue un rôle essentiel. Il contribue à la démarche de dépollution des gaz d’échappement d’une voiture. Si une augmentation de la consommation d’essence ou de gazole survient, le pot d’échappement peut être usé. Il faut le remplacer.

  • La révision auprès d’un constructeur

En France, de nombreux réseaux de centres auto offrent des services de révisions automobiles avant de passer un contrôle antipollution. Ils effectueront des vérifications rapides des voitures sur les points tels que : les défauts d’allumage, le taux d’usure du catalyseur, la valeur de la sonde lambda, le filtre à air, le taux de rejet des particules pour les moteurs diesel, etc.

Ces réseaux pourront également résoudre les problèmes liés aux points de contrôle tels que le niveau d’huile, le liquide de frein, les câbles de frein, l’échappement, les fuites de moteur, les éléments de direction et de suspension, ainsi que la géométrie des pneus, etc.

Les avantages d’une visite technique automobile

Presque tous les automobilistes considèrent la visite technique de voiture comme une sorte de contrainte. Pourtant, cet examen de contrôle pourra procurer de multiples avantages notables. Il permet au propriétaire de déterminer l’état général de son véhicule, ainsi que les risques. La visite technique évite les pannes et les accidents. Les contrôles pollution réduisent les effets néfastes des voitures sur l’environnement et surtout sur la santé de la population.

Vous pouvez nous contacter pour vos démarches administratives: